En cas de pose forcée

Pour vous prémunir de l’éventualité d’une pose forcée, il est important de prévenir le collectif.

Si la pose a eu lieu, il est important :

  • d’adresser un courrier de mise en demeure auprès d’Enedis et lettre recommandée avec AR. modèle clic
  • de documenter Formulaire Cerfa_11527-02 de témoignage, à compléter dans lequel vous décrirez dans quelles circonstance s’est effectuée cette pose sans votre consentement.
    modèle formulaire ici clic.
  • de rester en contact avec le collectif pour rester en veille pour les démarches éventuelles que vous voudrez poursuivre.

 

Des chansons protestataires !…

Chanson du 66 anti-Linky juillet 2018

Samba du Linky

Stop au Linky – collectif Rodez, sur l’air de La Carmagnole

Ne les laisse pas monter le compteur Linky

Le Linky (sur l’air du Zizi de Pierre Perret)

Le Linky – Frédéric Promet France inter – recoupé

Vous adresser aux parlementaires

Depuis des mois, avec votre aide et conjointement avec les multiples collectifs anti-Linky qui se sont formés partout en France, nous avons travaillé à l’information de nos concitoyens sur les problèmes posés par le compteur et la technologie Linky.
 
Nous avons, avec votre aide, tenté de sensibiliser les maires de notre secteur à leurs responsabilités en la matière.
 
Il faut maintenant aller plus loin encore et faire connaître à nos députés et sénateurs, qui proposent et votent les lois de ce pays, l’inquiétude qui est la nôtre vis-à-vis de ce compteur qu’Enedis veut nous obliger à accepter.
 
Nous proposons donc aujourd’hui à chacun d’entre vous d’envoyer (par courrier postal de préférence) la lettre ci-dessous (PJ) à votre député et aux deux sénateurs du département ( il vous suffit de porter en haut à gauche du  courrier votre nom et adresse, de marquer la date de votre envoi, et de signer).
 
Dans un deuxième temps, fort de ces témoignages auprès de nos élus, le collectif sollicitera une entrevue à chacun d’eux pour préciser et approfondir nos arguments et leur demander leur engagement à nos côtés.
 
Voici les adresses des permanences parlementaires où envoyer les courriers:
 
  • Député Philippe Folliot
    1ère circonscription,
    8 place Charles de Gaulle  81330 St Pierre de Trivisy          
    e-mail : contact@philippe-folliot.fr
  • Députée Marie-christine Verdier-Jouclas,
    2ème circonscription,
    Résidence Gamma, 20-22 rue Charles Portal, 81000 Albi.                             
    e-mail : mc.verdier.jouclas@gmail.com
  • Député Jean Terlier,
    3ème circonscription,
    4 rue d’empare, 81100 Castres                                                     
    e-mail : jean.terlier@assemblee-nationale.fr
  • Sénateur Philippe Bonnecarrère,
    32 rue Jean Jaurès 81000 Albi                                                        
    e-mail : p.bonnecarrere@senat.fr 
  • Sénateur Thierry Carcenac,
    1 rue du Chanoine Birot 81000 ALBI
    e-mail : t.carcenac@senat.fr
Merci à vous !  Nous continuons à vous tenir au courant par l’intermédiaire de notre site, et par flash info.
 

Pour télécharger le lettre Clic ici

Témoignages

Dès 2011
Robin des Toits alerte les autorités et dénonce les risques sanitaires, liberticides, dangereux et coûteux du système Linky mis en place : Clic ici

16 juin 2018
le texte critique du collectif 44 à propos du reportage d’Envoyé Spécial  sur le Linky  Clic ici

09 juin 2018
Le Conseil Fédéral d’EELV se prononce : « Le compteur Linky n’est pas le bon outil pour une véritable transition énergétique ».
Clic ici

Juin 2018
José Mercier Maire de la commune de Bovel (Bretagne) témoigne
« En tant que maire, voici pourquoi je m’opposerai jusqu’au bout aux compteurs Linky »
Clic ici

Juin 2018

Témoignage du maire de Meaucè  Clic ici

Le 20 avril 2018
« Un groupe de travail de sociétaires de la coopérative Enercoop Midi-Pyrénées, bénévole et indépendant, a souhaité, lui aussi, émettre de sérieuses réserves sur le compteur Linky plus particulièrement eut égard aux valeurs fondatrices d’Enercoop. Ce groupe n’a pas pour rôle de dicter aux autres sociétaires ce qu’ils doivent faire avec Linky, mais d’exprimer un positionnement qui leur semble plus juste.
https://midipyrenees.enercoop.fr/actualites/linky-je-taime-moi-non-plus

 

Textes juridiques

Maître Joseph avocat au barreau de Grenoble a regroupé un ensemble de textes juridiques permettant d’avoir une démarche à propos du Linky.
Il est à noter que chaque problématique reste dépendante du contexte et des évolutions en matière juridique. clic ici

 

Vous êtes représentant des parents d’élèves d’une école primaire à Castres

Le Collectif Stop Linky Tarn Sud s’est donné pour objectif d’informer les particuliers comme les collectivités sur les incidences possibles de l’installation des nouveaux compteurs électriques Linky, et sur les questions et inquiétudes que ce déploiement suscite parmi la population.

Dans ce cadre, nous diffusons la note « Parents, protégeons nos enfants« , spécialement destinée aux parents d’élèves des écoles de Castres, accompagnée d’une pétition à signer pour que ne soient pas installés dans les crèches ou les écoles ces compteurs porteurs d’ondes.

Nous vous proposons, en tant que représentants des parents d’élèves de cette école, de vous associer à cette action auprès des parents.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute question ou échange par e.mail, téléphone, ou bien à l’occasion des permanences et réunions publiques que nous organisons le mardi à la maison des associations place du 1er Mai à Castres.

– L’agenda  : clic
La note « Parents, protégeons nos enfants » : clic
– La pétition  : clic

Gérard (Ariège) : poursuivi par Enedis pour compteurs barricadés

Ici et là en France se déroulent parfois des procédures administratives/juridiques autour du sujet du Linky. De tels évènements sont relayés à l’échelle nationale pour permettre aux personnes concernées de recevoir le soutien moral et/ou financier nécessaire. Voici des cas auxquels nous pouvons apporter notre soutien.

*********************

Janvier 2018, au sujet des barricadages de compteurs :   Appel à soutien du collectif « Touche pas à mon compteur » d’Ariège pour la défense de Gérard victime d’une plainte d’Enedis qui l’accuse d’avoir porté atteinte à un « bien d’un chargé de mission de service public ». Pourtant :
– les coffrets sont des biens privés qui appartiennent aux usagers (ils sont facturés lors du raccordement ou fournis par l’usager),
– et les compteurs – qui n’appartiennent pas à Enedis dans tous les cas, mais aux collectivités locales – ne sont pas du tout endommagés par l’opération.

Les agents d’Enedis, qui ont démonté les protections de Gérard, pourraient être accusés de violation de domicile, de destruction et de rétention de bien privé (les protections mises sur les compteurs) et de dénonciation calomnieuse.
(Dans cette même ligne, un jugement du 20 juin 2017 du Tribunal d’Instance de La Rochelle a donné raison à un usager qui avait barricadé son compteur pour ne pas qu’on lui change, et qui s’était interposé à l’arrivée du poseur : le tribunal a estimé que l’usager était en légitime défense de ses biens privés (les protections mises pour empêcher le changement du compteur), et que sa réponse était « proportionnée à l’agression » commise par le poseur. Voir le jugement de La Rochelle : clic)

Dans le cas de Gérard en Ariège l’attaque d’Enedis a une portée nationale :
1) Elle se fait au civil, car le procureur a précisé que rien dans la loi ne permettait de poursuivre au pénal (= il n’y a pas de loi qui punisse le fait de barricader son compteur).
2) Il s’agit d’une occasion de défendre le droit des usagers ayant le compteur d’accès extérieur (situé en limite de propriété mais dans leur mur de clôture par exemple, donc sur leur emprise foncière) de le barricader puisque leur volonté de conserver leur ancien compteur n’est pas respectée.
C’est d’ailleurs bien ce qu’Enedis essaye de contrer, en faisant un « exemple », afin de dissuader les usagers de s’opposer à la pose des Linky.

Pour aider le collectif à financer les frais d’avocats :
– par CB sur  www.lepotcommun.fr/pot/psxt5zwg

– par chèque, à l’ordre de Gérard Yon, 11 Rue de la Bouscarre, Hameau de Bourrut 09000 Ganac.

+ Le référé a été fixé au Tribunal de Foix le 7 Février à 8h30. Venez nombreux pour soutien !

Merci pour l’Ariège !

(Le communiqué complet de l’Ariège : Appel à Solidarité

*********************

Edit février 2018 : l’audience du 7 février n’a pas eu lieu, Enedis en ayant demandé le report. La nouvelle date fixée est le 4 avril, toujours au Tribunal de Foix.

*********************

 

 

Pr Belpomme et diagnostique EHS

Au sujet du Pr Belpomme, médecin français très impliqué sur le sujet de l’électrosensibilité.

Information du 19 décembre 2017 :

Le Conseil de l’Ordre des Médecins a été saisi d’une plainte contre le Pr. Belpomme en raison de certificats délivrés à des personnes électrosensibles (intolérantes à la pollution électromagnétique), et qui leur permettait de s’opposer à l’installation du Linky. C’est EDF qui a « donné l’alerte »…

Communiqué de presse Robins des Toits : clic

Une pétition nationale de soutien au Pr Belpomme est disponible depuis le 1er février 2018. Signature ici :  clic

(A noter que le Pr Belpomme aurait indiqué à Robin des Toits n’autoriser aucune pétition pour le soutenir. Néanmoins cette pétition a été lancée par des personnes qui le jugeaient nécessaire. A chacun de jauger pour lui-même.) 

       Extrait du texte de la pétition : « Le Pr Dominique Belpomme, cancérologue, 74 ans, connu pour ses positions sur l’électro-hypersensibilité (EHS), fait actuellement l’objet d’une procédure disciplinaire menée par le Conseil national de l’ordre des médecins.
       La plainte (…) concerne deux manquements en lien avec le diagnostic, par le Pr Belpomme, du « syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques », non reconnu par la communauté scientifique et médicale.
       C’est le directeur du service des études médicales d’EDF, le Dr Jacques Lambrozo, qui, face à l’afflux de certificats médicaux de « contre-indication à la pose » de compteurs Linky, a donné l’alerte. (…) »

La suite sur le site de la pétition (lien ci-dessus).

 

Dossier ondes électromagnétiques

La question des ondes électromagnétiques, telle que soulevée par l’arrivée du Linky, n’est que la partie visible d’un immense iceberg : en effet si l’on pose la question du CPL et des ondes GSM qui découlent du programme Linky, on ne peut pas éviter de poser la question de la téléphonie mobile, du Wifi, des objets connectés, … qui tous participent à la pollution électromagnétique dans laquelle le monde occidental baigne.

Ci-dessous des éléments d’information au sujet des ondes électromagnétiques et de leurs effets.

****************************************

Une brochure avec des éléments notamment autour de la question des enfants : clic

****************************************

Un dossier sur les effets non-thermiques des CEM (champs électro-magnétiques) : clic

****************************************

L’alerte lancée par des scientifiques et des médecins sur le déploiement de la 5G, relayée par le communiqué de presse de Robin des Toits : clic

Extraits :

Plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays demandent un moratoire sur le déploiement de la 5G.
La 5G augmentera considérablement l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et s’ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par la 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc., exposition dont il a été prouvé qu’elle est nocive pour les humains et pour l’environnement.
(…) « de nombreuses études scientifiques récentes (…) ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales ». Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l’apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d’apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d’impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n’affectent pas seulement l’homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d’études.

Le Scientists’ 5G Appeal (en anglais, et à la date de septembre 2017) : clic

****************************************

 

 

UFC Que choisir / Stéphane Lhomme

 
Le 20 décembre 2017
Linky : l’UFC-QueChoisir déboutée en justice
La dénonciation de la collaboration de
l’UFC-QueChoisir avec Enedis est justifiée

C’est pour tenter de limiter les nombreuses protestations de ses adhérents que la direction de l’association de consommateurs UFC a publié un « dossier noir du compteur Linky » dans le numéro d’octobre de son magazine QueChoisir.

En effet, depuis deux ans que le distributeur Enedis a commencé l’installation en France des compteurs communicants Linky, la direction de l’UFC-QueChoisir s’est signalée par un soutien explicite à ce programme, en particulier en affirmant de façon mensongère que les particuliers et les communes ne peuvent pas refuser l’installation du Linky, et en minimisant le plus possible les désagréments pourtant graves rencontrés par de nombreuses personnes qui se sont vues imposer ce compteur : surfacturations, incendies, dysfonctionnements divers, mise en cause de la vie privée, forts soupçons de nuisances sanitaires, etc.

Conseiller municipal de la commune de Saint-Macaire (Gironde), engagé dans le mouvement de refus du compteur Linky, Stéphane Lhomme a vivement critiqué la direction de l’UFC-QueChoisir pour son soutien au programme Linky, le qualifiant de véritable trahison des intérêts des citoyens (*).

Qui plus est, il a mis en exergue les relations commerciales liant le distributeur Enedis à l’association de consommateurs dans le cadre de l’opération « Energie moins chère ensemble » ce qui, de toute évidence, explique que la direction de l’UFC-QueChoisir soutienne le programme Linky et trahisse de fait les intérêts de ses propres adhérents et ceux des citoyens en général.

Ce jugement est le premier d’un série à venir puisque, outre la citation directe qui a donné lieu au jugement annoncé le 20 décembre, la direction de l’UFC-QueChoisir a lancé contre Stéphane Lhomme trois autres procédures en justice… et ne manquera pas d’être à nouveau trois fois déboutée.

Cliquez Ici pour accéder au jugement du Tribunal de grande instance de Paris.