Dossier ondes électromagnétiques

La question des ondes électromagnétiques, telle que soulevée par l’arrivée du Linky, n’est que la partie visible d’un immense iceberg : en effet si l’on pose la question du CPL et des ondes GSM qui découlent du programme Linky, on ne peut pas éviter de poser la question de la téléphonie mobile, du Wifi, des objets connectés, … qui tous participent à la pollution électromagnétique dans laquelle le monde occidental baigne.

Ci-dessous des éléments d’information au sujet des ondes électromagnétiques et de leurs effets.

****************************************

Une brochure avec des éléments notamment autour de la question des enfants : clic

****************************************

Un dossier sur les effets non-thermiques des CEM (champs électro-magnétiques) : clic

****************************************

L’alerte lancée par des scientifiques et des médecins sur le déploiement de la 5G, relayée par le communiqué de presse de Robin des Toits : clic

Extraits :

Plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays demandent un moratoire sur le déploiement de la 5G.
La 5G augmentera considérablement l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et s’ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par la 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc., exposition dont il a été prouvé qu’elle est nocive pour les humains et pour l’environnement.
(…) « de nombreuses études scientifiques récentes (…) ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales ». Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l’apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d’apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d’impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n’affectent pas seulement l’homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d’études.

Le Scientists’ 5G Appeal (en anglais, et à la date de septembre 2017) : clic

****************************************

 

 

Dossier Linky : Note de synthèse

Pour s’informer sur le compteur électrique Linky, nous vous proposons cette note de synthèseclic

Elle fait une petite 20aine de pages et présente des informations organisées en 7 chapitres thématiques :

1) SUR LA PROPRIÉTÉ COMMUNALE DES COMPTEURS
Les compteurs, en tant qu’équipements du réseau basse tension, sont un bien public communal. Leur gestion est assurée par les syndicat départemental d’énergie, qui eux-mêmes ont délégué cette compétence, et celle-là seulement, à Enedis.

2) SUR L’ABSENCE D’OBLIGATION LÉGALE A ÊTRE ÉQUIPÉ D’UN LINKY
Le compteur Linky et la loi : le compteur Linky n’est pas obligatoire et, tout à l’inverse, son déploiement est en fait entaché de manquements à la loi.

3) SUR LES ATTEINTES LA VIE PRIVÉE
De par leur capacité à enregistrer des données de consommation très détaillées permettant de connaître toutes les habitudes de vie, les Linky posent la question de la violation de la vie privée.

4) SUR LES DYSFONCTIONNEMENTS ET DOMMAGES AUX ÉQUIPEMENTS
Le CPL utilisé par le Linky n’est pas censé être acheminé par les câblages domestiques actuels et est la cause possible de dysfonctionnements et de détériorations sur certains équipements électriques domestiques.

5) SUR LES RISQUES SANITAIRES
Le CPL utilisé par le Linky, qui rayonne depuis les câbles électriques des logements, ainsi que les envois de données par ondes de téléphonie mobile, sont une source de pollution électromagnétique dont l’évaluation sanitaire reste inexistante à ce jour.

6) SUR L’INUTILITÉ POUR LA GESTION RÉSEAU ET LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
L’installation des Linky dans chaque foyer n’est pas techniquement nécessaire pour la gestion du réseau électrique, ne l’est pas non plus pour la transition énergétique (augmentation annoncée de la part des énergies renouvelables sur le réseau), et ne permettra pas d’économies d’énergie pour les particuliers.

7) UN PROJET « PUBLIC » AU SERVICE ET AU BÉNÉFICE DE QUELQUES ACTEURS MONDIAUX PRIVÉS ?
Le programme Linky français est la partie immergée d’un iceberg constitué d’intérêts industriels et économiques puissants : big data et commercialisation de données, domotique connectée, CPL G3, …

Les arrêtés du Maire de Castres

Le 26 juillet 2017, le Maire de Castres a pris un Arrêté relatif à l’installation des compteurs de type Linky sur la commune (voir ce premier Arrêté : clic) posant des conditions à l’installation des Linky : pas de pose si refus de l’habitant concerné, pas de pose en l’absence des habitants.

Face aux recours gracieux de la Préfecture et d’Enedis en septembre 2017, le Maire a maintenu son Arrêté.

Courant novembre 2017, un recours contentieux devant le tribunal administratif de Toulouse a été émis par la Préfecture et, le 14 décembre 2017, l’exécution de l’Arrêté a été suspendue par un jugement du juge des référés du tribunal administratif de Toulouse.

Si un Linky a été posé chez vous entre le 26 juillet et le 14 décembre 2017 sans respecter les termes du premier Arrêté (= pose en votre absence, pose malgré votre refus indiqué sur le compteur ou écrit à Enedis, pose sans que quiconque soit prévenu), complétez ce formulaire de témoignage :  clic

Le 10 janvier 2018 le Maire de Castres a pris un nouvel Arrêté (voir l’Arrêté : clic) qui stipule :

ARTICLE 1er  : La Ville de CASTRES demande à Enedis de respecter le droit de refus d’installation des compteurs chez toute personne exprimant son opposition à cette intervention.  (…)
ARTICLE 3 : En cas de contestation ou de trouble, chaque administré(e) peut solliciter Monsieur le Maire ou son représentant.

Si un Linky a été posé chez vous depuis le 10 janvier 2018 malgré votre refus (= pose malgré votre refus indiqué sur le compteur ou écrit à Enedis), complétez ce formulaire de témoignage :  clic

Si des propos inadéquats sont tenus à votre égard (intimidants ou menaçants, agressifs) ou que l’on essaye de vous forcer la main pour poser un Linky, appelez la police municipale (05 63 71 58 55 – 05 63 71 58 51) ou la police nationale (17) pour qu’ils viennent mettre un terme à la situation.